Analyse du marché immobilier : Marseille au 1er trimestre 2018

Commençons notre analyse du marché immobilier par dire que le marché se porte bien dans son ensemble, avec des évolutions asymétriques entre location et transaction. Le marché des transactions est soutenu mais il ne progresse plus. Quant au marché de la location, mou depuis plusieurs mois, il repart.

Marché de la location à Marseille

Le prix au m2 oscille toujours entre 12€ et 12,50€. A l’automne, la moyenne du marché était de 12,1. A ce jour, elle est de 12,3 : l’Immobilière Pujol loue en moyenne à 12,7€/m2, en raison de notre politique de biens qualitatifs. Le délai de location a augmenté au cours de l’exercice 2017. Au cours du 1er trimestre 2018, ce délai a baissé pour atteindre les 31 jours de délai médian. Ceci s’explique simplement : quand le marché de la transaction est moins bon, plusieurs centaines de ménages et familles se tournent vers le marché de la location. C’est un effet balancier assez courant. Fait notable : Près de 2000 contacts locations au cours du mois de mars après 1500 contacts en février, en particulier pour les beaux biens. Nous avons eu au mois de mars une demande équivalente à un mois de juillet. C’est la raison pour laquelle nous considérons que la demande locative est repartie. Nous l’espérons en tous cas.

Marché de la transaction à Marseille

Nous réalisons toujours entre 15 et 20 ventes par trimestre. Cette constance, indépendamment de la conjoncture, est due pour l’essentiel au dynamisme de notre équipe. Bien que moins porteur qu’au premier trimestre 2017, le marché demeure dynamique, ce qui nous permet même d’enregistrer des hausses dans les ventes. Fait notable : Les ventes fonctionnent très bien dans les 5e et 6e arrondissements. La proximité entre nos locaux et ces quartiers est un avantage compétitif certain. Les quartiers du centre-ville se portent beaucoup mieux que les quartiers périphériques, et principalement pour les biens de qualité qui font la différence.

Bureaux et commerces à Marseille

Ce trimestre, nous n’avons pas fait beaucoup de transactions sur ces marchés. Ce sont des marchés difficiles à la location. Quant à la transaction, il y a peu d’offres de manière structurelle. J’invite de plus en plus les candidats à l’achat de bureaux à se rabattre sur des commerces, dont les prix sont proches du marché des bureaux. On note donc une baisse structurelle sur ces segments qui est renforcée par l’ouverture du centre commercial du Prado.

Nouvelle loi Elan

La loi Elan proposée par le gouvernement va améliorer de petites choses sans modifier la nature du marché dans son ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.