Évacuations à Marseille : marchands de sommeil, propriétaires négligents et nous les professionnels

Immobilière pujol | Nous croyons que l’immobilier est fait de belles expériences

J’ai attendu avant d’écrire et publier cet article, par respect pour les victimes, leurs familles et tous ceux qui ont été délogés, qui ont dû quitter leur appartement en dix minutes… toutes les personnes qui sont dans la détresse et dans l’attente d’un “chez eux”. Depuis le drame du 5 novembre, les évacuations se comptent par dizaines.

L’accusation des médias

La première réaction des médias a été de mettre en cause les services de notre ville… à juste titre. Un mois après, ce fut au tour des marchands de sommeil d’être accusés, avec un amalgame entre les propriétaires négligents, les syndics et professionnels dépassés et les véritables marchands de sommeil.

Si les immeubles se sont effondrés à Marseille,

ce n’est pas à cause des marchands de sommeil…


Qualifier tous les propriétaires de ces immeubles, de marchands de sommeil est une erreur : la responsabilité est autre part. En outre, accuser les propriétaires va inciter les investisseurs à investir ailleurs… sans investisseurs pour proposer des locations, où iront donc les locataires ?

Les marchands de sommeil…

Oui, il y a des marchands de sommeil ! À Marseille comme dans toutes les villes de France !  Ils font leurs “affaires” toujours dans les rues les plus pourries, les plus dangereuses (celle où la drogue est dealée comme rue d’Aubagne) et dans les copropriétés les plus dégradées. Celles qui font fuir les propriétaires responsables.

Tous ceux qui ont acheté pour louer dans les copropriétés dégradées et les grandes tours que nous connaissons sont des marchands de sommeil. Seuls 10% de ces investisseurs ont naïvement pensé qu’ils faisaient une bonne affaire…et ont peut-être cru à un changement dans ces “cités bidon villes”. Tous les autres n’ont pensé qu’à faire du fric, garantie par la CAF et en plus sans aucun contrôle. Bref 100% de rentabilité et 0% de risque.

Les marchands de sommeil sévissent aussi en centre-ville : ce sont ceux qui gèrent eux-mêmes, qui louent par “relation” aux personnes les plus fragiles, celles qui n’ont pas le choix. Ceux-là font faire les papiers pour toucher la CAF… toujours pareil.

Les agences immobilières luttent contre les marchands de sommeil : rares sont les véritables marchands de sommeil qui passent par des agences…

En revanche, ce n’est pas de la faute des marchands de sommeil si les immeubles sont tombés…

A qui la faute ?

Pour commencer, il faut dire que tous ceux qui interviennent sur ces immeubles ont une part de responsabilité : syndics, gestionnaires, architectes, bureaux d’étude, maçons, entrepreneurs… mais aussi locataires et propriétaires. Nous nous sommes tous habitués aux fissurations, à ces planchers instables à ces immeubles dégradés.

Beaucoup d’immeubles à Marseille présentent des fissures ; beaucoup de dégâts des eaux traînent entre deux appartements à cause de joints de douche et de carrelage qui n’ont pas été refaits… qui dit infiltration dit pourriture du bois et fragilisation des poutres et des planchers.

Combien de propriétaires refusent d’engager les travaux sous des prétextes bidon ?

Beaucoup de propriétaires ou de copropriétaires pensent que les assurances couvrent de tout… Non, les assurances ne couvrent pas la négligence des propriétaires, ni la vétusté.

La volonté de faire un placement financier sans mesurer la responsabilité :

voilà le problème !

Exemples de prétextes bidon :

  • Les devis ne sont pas comparables
  • Je n’ai pas été prévenu
  • Aucune entreprise sérieuse ne m’a été présentée…
  • C’est trop cher !
  • Je veux au moins 3 devis

Ces propriétaires sont de tous les milieux : avocats, éditorialistes, employés de banque, salariés de grandes sociétés, médecins… ils ont fait un placement financier et souhaitent retarder les échéances des travaux.

Quand un appartement à 20 ou 30 ans, il y a des rénovations à faire : ça relève du sens commun. Nul besoin d’être un agent immobilier pour le savoir.

Aucune traçabilité… aucun responsable…

Quel risque un propriétaire prendra-t-il à louer un bien en mauvais état ? Jusqu’à présent, aucun…

Le propriétaire ou le locataire sait-il ce qu’il s’est passé dans l’appartement ou l’immeuble avant son arrivée ? Non, aucune traçabilité…

Quelle garantie le propriétaire a-t-il quant aux travaux effectués par le passé ? Aucune garantie…

Il y a des contrôles techniques dans les voitures… on trace la viande qui arrive dans notre assiette… mais on n’a aucune traçabilité des appartements et du patrimoine immobilier.

Conclusion : il faut donc combattre l’immunité des marchands de sommeil et l’irresponsabilité de certains propriétaires. Ce sont ces derniers et leurs prédécesseurs qui sont la cause des immeubles qui tombent. Cette lutte doit s’organiser autour des professionnels du secteur. Les gestionnaires dont nous faisons partie ont une vision de long terme. Nous sommes les mieux à même de tracer l’ensemble des travaux. Encore faut-il que la loi nous donne ces prérogatives.

Mes clients et notre équipe ne craignent pas l’amalgame qui est fait, car ils connaissent le travail en conscience que nous faisons et le cadre sécurisant que nous mettons en place. Et puis quand un propriétaire ou une copropriété ne fait pas les travaux nécessaires, nous démissionnons de nos mandats pour ne pas être complices de ces négligences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.