Bien connaître les difficultés du métier de syndic !

Immobilière pujol | Nous croyons que l’immobilier est fait de belles expériences
« Non. Je ne suis pas syndic de copropriété, je deviens psychiatre ». Cette phrase m’a été dite par un confrère et j’ai trouvé qu’il avait tellement raison que je me suis remémoré les faits (ou plutôt les difficultés) marquants de ma semaine. Lundi (jour férié) : toute l’équipe était au paradis. Tous au travail pour rattraper notre retard et nous mettre à jour des dossiers qui traînent. Porte et téléphone fermés. Bref, le bonheur de faire le job sans être dérangé toutes les 4 minutes et de prendre le temps de se parler tranquillement. Communiquer au sein de l’équipe sans la pression des rdv et des coups de téléphone. Le pied pour tout le monde. J’en viens à me demander s’il ne serait pas bon  pour l’équipe de fermer un jour dans la semaine ! ou tous les jours, lol. Mardi : j’apprends qu’une de mes collaboratrices se fait battre par son mari ! ouf ambiance plombée dans la boite. N’oubliez que j’ai presque que des femmes dans mon équipe. Sujet sensible, compte tenu de son absence le lendemain et le surlendemain. Inquiétude ! Mercredi : nous recevons un dépôt de plainte d’une jeune homosexuelle à son voisin qui raconte les horreurs subies, la violence physique perçue avec tous les détails sur les insultes et les dégradations constatées de sa porte etc… Personne n’a été physiquement touché mais le mec va revenir. C’est leur voisin de palier…elles font quoi ? Jeudi : un confrère qui traîne pour solutionner avec un vulgaire dégât des eaux infiltrant par la façade m’insulte au téléphone car je lui demande de changer de ton avec moi. Il éructe que le constat n’est pas rempli, se demande comment j’ai pu créer et gérer ma société. Sauf que je me suis pas laissé faire et lui ai renvoyé toute sa violence à la figure. Apeuré, il me raccroche au nez quand je lui demande de me fixer un rdv. Il se permet après d’appeler une de mes collaboratrices pour la sauver du fou que je dois être… Vendredi : le fournisseur m’avait cassé un ordinateur car j’avais eu l’outrecuidance de lui demander de me transmettre la facture avant de le payer, revient comme une fleur me demander le règlement de sa facture. Vous croyez qu’il l’a demandé gentiment ? Putain de violence. Les difficultés de métier de syndic s’accumulent. syndic un metier difficileSans oublier un jugement qui reste une perle :  une jeune juge de proximité qui vient d’être nommée et qui refuse de condamner un propriétaire débiteur de 12 mois de charges impayées prétextant que l’attestation de propriété de 2005 est trop ancienne…que les appels de fonds ne lui ont pas été fournis…que je n’ai pas attesté que l’assemblée générale n’avait pas été contestée. Bref qu’à ses yeux ma démarche était suspecte ! et oui un syndic qui demande à ses copropriétaires de payer leurs charges, c’est suspect !! Il faut donc l’emmerder ! Un citoyen normal doit se justifier car il est présumé coupable de quelque chose, surtout quand il remplit sa mission. Une juge… Heureusement que la semaine est finie ! Des fous ? Des malades ? J’en viens à me dire que je ne suis plus syndic ou gestionnaire immobilier mais que je passe mon temps à me battre contre les effets de cette violence, à me débattre dans l’épaisseur de la réalité, à me préserver de cette colère et à préserver mon équipe de la folie qui nous entoure. Ces 3 ou 5% de fous sont-ils soignés en psychiatrie ou il nous revient à nous de les soigner? On fait comment ? Ok Ils souffrent tellement qu’ils se sentent menacés et menacent leurs clients, leurs confrère, leurs voisines, leur épouse.  Mais moi, je ne sais pas faire, ce n’est pas mon job et honnêtement je m’en fiche. Qu’ils se tiennent le plus loin de nous est tout ce qui m’importe… Comment fait-on quand les difficultés de notre environnement nous polluent à ce point ? Le principal effort que nous devons faire est-il de rester lucide sur la réalité ? Sur les autres et sur nous-même ? Les politiques et les juges qui vivent protégés par les institutions ne s’en rendent-ils pas compte ? Ce qui est certain, c’est que le système ne protège plus l’ordre, la responsabilité, le citoyen lambda. Vous croyez qu’il faut être victime pour être protégé ? Non encore raté, ceci est faux. Il faut être victime et continuer à se battre. Nous ne pouvons pas construire 200 000 places de prisons et 100 000 places d’hôpitaux psychiatriques ? Nous allons continuer à subir les barbares dans  nos rues?Pendant encore combien de temps ? Continuer à baisser la tête pour faire semblant de ne rien voir ? J’ai 42 ans, je respire ma ville et adore mon métier mais je n’avais jamais imaginé cela !

Commentaires

  • Oubennour 27 mai 2013

    Bonsoir très bonne analyse!!! Pour ma part j'ai commercialisé pendant 15 ans des antidépresseurs et beaucoup appris auprès des psychiatres . Aujourd'hui je suis gérant d une société spécialisé dans le nettoyage des parties commune d immeuble. Effectivement la gestion des hommes est souvent complexes et difficile à décrypter . 600 000 personnes relevant de troubles psychiatriques sont dans nos rues diagnostiqués mais non traités!!! Les beaux jours arrivent et malheureusement la luminosité déclenche beaucoup de phase maniaque chez ces personnes vulnérables. Mais que font les politiques pour prendre les bonnes décisions à suivre....

  • gaurie christian 27 mai 2013

    bonsoir Stéphane! J'en suis navré! Je peux vous comprendre ! Ce colloque a été l'occasion d'échanger avec mes confrères. Constant au final que pour nous tous, petits et gros cabinets rencontrons les mêmes soucis au quotidien ! Avec la crise, les rapports se tendent, les copropriétaires regardent plus les charges, discutent les moindres augmentations mais j'aime tj autant ce métier ! CG

  • StephanePujol 27 mai 2013

    Non je ne vais plus à ces manifestations et j'ai démissionné de L'unis Paca car je ne partage pas les valeurs de certains. Donc je ne les vois plus. C'est dommage mais c'est ainsi.

  • gaurie christian 27 mai 2013

    belle analyse Stéphane ! lol nous nous verrons peut être qui sait aujourd'hui on congres de l'unis mais vos anecdotes font du bien , je ne suis pas le seul , je le sais bien à vivre ce genre de choses mais c'est sympa d'en parler à tout à l'heure peut être ! là je suis sur le point de partir en visites copro plus tot pour filer juste apres au congres de l'unis cg

  • StephanePujol 27 mai 2013

    Bonjour Christian Un chat dans un vide ordure...En définitive pourquoi pas, le vide ordure est une partie commune donc c'est chez les autres et une manière de le promener...je suppose. Merci pour votre commentaire

  • gaurie christian 27 mai 2013

    Stephane Ce n'est pas moi le confrère qui vous a stupidement injurié c'est juré ! lol Non mais je me reconnais à 100% dans vos anecdotes ! Pas plus tard qu'hier encore un chat balancé par une gaine Vide Ordure d'un immeuble que je gère.... Ne cherchez plus des juristes , des diplômés de droit, non ce qu'il faut c'est des diplômés en sociologie, psychologie voire psychiatrie ! Merci pour votre blog ! un exutoire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.