facebook_pixel

Vivre dans les Quartiers Nord de Marseille : bien choisir son secteur pour investir

Choisir de vivre ou d’investir dans les quartiers nord de Marseille qui ont si mauvaise réputation…

Ici les problèmes de sécurité, de civilité et de propreté sont criants, mais ils ne doivent pas résumer à eux seuls ces quartiers.

Bien sûr que les prix vont de 600€ le m pour l’ancien à 3000€ pour le neuf. Bien sûr que vous trouverez toujours un acheteur ou un locataire, mais la demande est très faible, le marché est étroit et le temps d’écoulement très long.
85% des Marseillais excluent en première intention ces quartiers de leur recherche immobilière.
La conséquence est que les prix ne décollent pas en période de hausse et plongent en période plus difficile.

Les anciens noyaux villageois qui résistent:

Certains secteurs résistent mieux et ont su garder une qualité de vie: Saint-Antoine, la Gavotte côté les Pennes-Mirabeau, le village de Septème
Acheter de l’ancien dans ces quartiers n’est pas une mauvaise idée même si les espérances de gains sont à ce jour faibles.
Aujourd’hui, les prix moyens s’établissent à :

  • 1 300 euros/m² dans le XIVe arrondissement
  • à 1 700 euros/m² dans le XVe
  • Dans l’ancien, il n’est pas rare d’acheter à moins de 1000€

Avec les aides allouées par l’État, et la baisse des taux d’emprunt, il devient souvent plus avantageux d’être propriétaire que locataire pour ceux qui y vivent.

Les nouveaux projets qui se sont développés :

  • vivre et investir dans les quartiers nordBeaucoup de neuf et de nouvelles constructions.
  • Il y a 20 ans, le centre commercial du grand littoral a été au cœur de ces nouveaux quartiers.
  • Le Plan d’Aou et ses nombreuses constructions récentes constituent un exemple d’urbanisation récente, qui vise à attirer des nouveaux propriétaires et à mixer les populations.
  • De même le programme de Bouygues Valnatureal dans le 13015 également un projet de plus de 800 logements

Tous ces nouveaux programmes neufs sont des réussites si l’on se place du côté de la Mairie. Le souci est que cette politique de la ville est de faire venir du “sang neuf” dans ces quartiers pauvres et rien d’autre. Notre système ne favorisant pas la responsabilité, ces nouveaux arrivants sont souvent déçus par les mauvaises écoles, la saleté, l’incivilité, la délinquance et le sentiment d’abandon.

La ville doit considérer que c’est aux nouveaux habitants du quartier d’éduquer leurs voisins, faire respecter les règles de civilité, de vivre ensemble ou que la force d’un groupe de nouveaux copropriétaires doit faire la police, la justice, le nettoyage.
Ceux qui ont acheté du neuf ces 15 dernières années ont perdu leur pari et de l’argent s’ils veulent revendre maintenant. Ils ont acheté du neuf à 2800€ voir 3000€ le m et peinent à vendre à 1800€ voir parfois moins. Il faut donc investir avec grand discernement et fuir ces grands programmes d’aménagement.

Notre ville devra investir dans ces quartiers tôt ou tard!

Je fais partie de ces citoyens qui croient que la tolérance contre l’incivisme, la saleté, la délinquance, la pauvreté a atteint ses limites. Le problème est d’abord politique. Les politiques ont désormais le résultat de leur manque de travail, manque d’autorité et de sanction depuis 40 ans pour les petits actes quotidiens qui minent la qualité de vie. D’où les galères et la colère qui s’exprime à travers le FN et l’extrême gauche.

Ils n’ont pas su créer l’environnement qui permet aux quartiers de décoller ou si peu, car ils leur service et les outils sont totalement inefficaces.

Ils arrosent le désert ou blanchissent les cages d’escalier des cités dans lesquels il n’y a pas assez conscience du bien commun, d’éducation et aucune responsabilité.

Tout est public donc personne n’est vraiment responsable.

Ils le savent. Ils y travaillent. Mais au rythme de l’administration et du politique…donc c’est long, très long et très coûteux. Beaucoup de temps a été perdu et ces habitants en payent le prix aujourd’hui.

Tant que ce changement politique ne sera pas mis en place, il ne faut investir qu’avec grand discernement et dans l’ancien. Ne jamais acheter du neuf dans ces quartiers.

Ces grands ensembles ingérables, avec des chauffages collectifs, ces tours infernales dans lesquelles personne ne souhaite vivre sont à proscrire. Les habitations plus anciennes dans les cœurs villageois à privilégier.

Qui sait si dans 10 ou 15 ans, ce problème politique réglé, ces tours détruites, des projets d’école de qualité bâtis, ces quartiers ne deviendraient pas des quartiers d’avenir? D’ici là il faut tenir…

vivre quartiers nord marseilleTémoignage de Pierre-François Duwat, directeur de Grand Littoral

« Les quartiers nord souffrent d’une image très négative. Je ne prétends pas que cette réputation soit totalement infondée, cependant, il convient d’amender l’image véhiculée par les médias. Certains secteurs de ce périmètre sont agréables à vivre. C’est notamment le cas de l’Estaque, qui possède une vraie dynamique de village et bénéficie, en outre, de la présence permanente de la mer, mais aussi de Saint-Antoine, un quartier où les habitants se connaissent, se saluent, loin de l’anonymat de certains quartiers. Le maintien des commerces de proximité constitue également un atout.
Grand Littoral fait partie intégrante de la vie de ces quartiers et s’intègre dans le tissu socio-économique. Les habitants qui jouaient sur ce terrain vague il y a 25 ans font leurs courses, voire travaillent dans ce centre commercial, le plus grand de la région.
À titre personnel, je compte de nombreux amis qui résident près de Grand Littoral et j’ai toujours beaucoup de plaisir à venir les rencontrer. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous croyons aux belles expériences immobilières

Inscription Newsletter